Oedeme pulmonaire : traitement et prévention

Oedeme pulmonaire personne agée

 

Oedeme pulmonaire personne agée

L’ œdème pulmonaire chez les personnes âgées

 

L’espérance de vie ne cessera d’augmenter grâce aux nouvelles technologies médicales, et si elle atteint les 82 ans en France en 2017, elle ne vient pas sans problèmes. Vivre plus vieux est une bonne chose, mais il faut alors prendre soin de son corps et éviter au maximum de le maltraiter, quel que soit notre âge. Après 50 ans, notre corps a tendance à subir les coups du temps, et certaines maladies sont plus susceptibles de frapper une personne âgée qu’un adolescent. Ce n’est en aucun cas une fatalité, il suffit de s’informer et de suivre les conseils de votre médecin pour prévenir la plupart d’entre elles. Jetons un œil, aujourd’hui, au cas de l’œdème pulmonaire.

 

Qu’est-ce qu’un œdeme pulmonaire ?

 

Pour faire simple, lorsque notre médecin nous dit que nous avons un œdème aux poumons, cela veut dire qu’ils se sont remplit de liquide, appelé transsudat. La cause principale d’un tel problème réside en fait dans le cœur. Suite à une insuffisance cardiaque, les vaisseaux sanguins présents dans les poumons s’engorgent et provoquent un œdème. Il peut également être, dans des cas plus rares, la cause d’une infection pulmonaire provoquée par une pneumonie, ou encore une irritation pulmonaire causée par un produit chimique quelconque, comme le chlore ou l’ammoniac. Principalement dans les cas de travailleurs industriels, l’inhalation de gaz toxiques est également une cause.
Les médicaments ne sont pas en reste, puisque la morphine possède un effet secondaire gênant : elle diminue le réflexe naturel de tousser lorsque quelque chose bloque le système respiratoire. Cela entraîne alors une agglomération de matières dans la gorge ou les poumons. Cela est d’autant plus dangereux que la morphine est régulièrement prescrite aux personnes souffrants d’asthme ou d’emphysème.

 

Le traitement d’un œdeme pulmonaire

 

Dès lors qu’une difficulté respiratoire (appelée dyspnée) survient, il est important d’apposer un garrot à chacun des quatre membres du patient. Cela permet au sang de mieux circuler dans les poumons, et donc d’éviter l’agglomération de liquide, responsable de l’œdème. Attention cependant, un garrot peut être dangereux, il ne faut pas le laisser serré plus de 15 minutes. Il faut également bien surveiller la pression. Un garrot doit bloquer la circulation sanguine à l’intérieur des veine, mais ne doit en aucun cas bloquer la circulation des artères. Cette pratique peut être réalisée en urgence par un proche, mais il faut avant tout prévenir un médecin afin d’avoir un avis professionnel sur le cas concerné.
Au niveau médical, on pourra prescrire au patient de l’oxygène à forte concentration et de l’épinéphrine pulvérisée afin de réduire les sensations d’anxiété. Dans le pire des cas, si la personne est très agitée, de la morphine peut être envisagée. Il faudra ensuite rester alité le plus longtemps possible. Le meilleur des médicaments est encore le repos.

Peut-on prévenir un œdème au poumon ?

 

La meilleure prévention, c’est la surveillance appuyée des personnes à risque. Il faut bien veiller à ce que le patient fragile ne respire que de l’air pur, rien de toxique ou de mélangé à des agents chimiques. Il ne faut pas retenir une toux, ou ingurgiter des médicaments anti-toux. C’est un réflexe naturel qui permet l’évacuation des matières nocives, et même si cela peut être gênant, ça l’est beaucoup moins qu’un œdème.
Si le cas concerné est bénin, il n’y a généralement pas de traitement sur le long terme. Dans le cas des crises graves, la vie du patient peut être en danger, et des pistes d’infections pulmonaires et de problèmes cardiaques devront être écartés au plus vite.

 

OEDEME PULMONAIRE : Qui sont les personnes à risque ?

 

S’il existe un problème cardiaque ou un historique de pathologie cardiaque, les risques sont présents, de manière plus ou moins belliqueux. Le risque de l’insuffisance cardiaque devra être contrôlé régulièrement par un professionnel. Toutes les parties du cœur sont concernées, autant les valves que les parois et les artères. En soi, même les personnes en relative bonne santé pourraient subir ce que l’on appelle une décompensation cardiaque. Elle touche les adultes de manière spontanée parfois, mais les enfants ne sont que très rarement concernés.

La majorité des cas d’œdème pulmonaire touche les personnes âgées ayant subit un infarctus du myocarde dans le passé. Il existe des facteurs aggravants, comme le tabagisme, l’alcoolisme (plus de 2 verres de vin par jour) ou le diabète. Il faut faire surveiller son cœur dès les 50 ans, surtout les hommes, qui sont plus concernés que les femmes, elles profitant de la protection de leurs hormones jusqu’à leur ménopause. Il faudra également surveiller le niveau de cholestérol, d’activité physique quotidienne et d’hypertension artérielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *